mardi, 13 mars 2018

Mon univers

o2.jpg

podcast

                               Me découvrir en musique ,Appuyer sur la flèche verte

Les décisions......

  • 53zw78x4.jpg

  • Des petites décisions du quotidien aux grandes résolutions qui peuvent tout bouleverser, la vie n’est qu’une succession de choix à faire. Tant et si bien que, parfois, noyés sous des flots de possibilités, nous n’arrivons plus à savoir ce qui est bon ou pas pour nous… Nous passons notre vie entière à devoir décider. Sans arrêt,depuis les yaourts jusqu’aux éléments majeurs de notre existence, comme la personne avec laquelle nous vivons, l’emploi que nous acceptons ou refusons, la conception d’un enfant, l’achat d’un logement remboursable sur quinze ou vingt-cinq ans, un engagement politique ou religieux… Et d’une foule d’autres choses plus ou moins importantes, … Sans que nous comprenions toujours pourquoi, le choix devient parfois inextricable. Comme si la profusion et la liberté nous engloutissaient et nous faisaient perdre nos repères.

    La grande nouveauté de notre temps, c’est qu’au lieu d’hériter de notre identité, nous nous retrouvons sommés de la choisir. Ce choix est constant, intense et douloureux… » Si on regarde en arrière ,Pendant longtemps, les individus se sont conformés à un destin défini par leur naissance : classe sociale, métier transmis de père en fils, rôle prédéterminé en fonction de leur sexe, de leur place dans la famille, de leur religion… Chacun suivait les injonctions de la société, pour en assurer la cohésion et l’équilibre, sans qu’il ne soit jamais question d’un quelconque épanouissement individuel librement décidé.

    Mais les révolutions et la démocratie sont passées par là. Et quelque part c'est un grand pas en avant mais En décrétant la liberté et l’égalité, elles ont individualisé la société, et donné à chacun la responsabilité de son développement personnel et de son propre bonheur. la possibilité de choisir tout ce qui, jusqu’alors, lui était imposé. À nous, désormais, de trouver le moyen de devenir des êtres libres, épanouis, harmonieux, développés.. Mais en devenant une contrainte, elle se vide souvent de son sens ! »

    Nous voilà donc, parfois, totalement dépassés par l’infinité des possibilités de choix qui s’offrent à nous, et l’écrasante responsabilité qu’elle fait peser sur nos épaules.

    Comment faire, alors, pour ne pas se perdre dans la jungle de nos libertés, et se décider en toute sérénité ? Choisir s’apprend, non seulement dans l’enfance, mais aussi tout au long de la vie. Puisque celle-ci n’est rien d’autre qu’une succession de choix à faire : études, métier, conjoint, lieu et mode de vie ; avoir des enfants ou pas, et comment les éduquer… Autant d’étapes qui signent notre avancée dans la vie adulte. Et qui, de fait, nous mettent souvent dans des situations angoissantes, où nous avons l’impression de jouer notre vie. En perdant de vue, souvent, la question centrale du choix identitaire : avant de trouver quoi choisir, peut-être faut-il savoir qui je suis et ce que je veux.

    Aujourd’hui, en l’absence de toute règle établie, chaque individu dépense une énergie considérable à tenter de définir les siennes, qui pourraient lui redonner une consistance. Et à poser ses propres choix, puisque plus personne n’est là pour décider à sa place.

    Et cependant il y a un point important a ne pas perdre de vue il ne faut surtout jamais oublier que :

    Se tromper n’est pas gâcher sa vie car on a beau s’efforcer de faire le “meilleur” choix, la manière dont les liens amoureux, conjugaux, professionnels, sociaux se façonnent finit toujours un moment donné par nous échapper. » Même si c’est difficile à admettre, il semble que la manière la plus sage de rendre nos choix moins douloureux soit d’accepter que finalement, une grande partie de leurs conséquences nous échappe !

     

     

     

     

vendredi, 03 novembre 2017

L'évasion à travers les mots....

 

images.jpg

 Peut -être et surement ces quelques lignes sont mon identité à travers ce besoin d'écrire ..

Avant je noircissais  des carnets, des feuilles éparses

Aujourd'hui, avec ce  temps moderne 

 Je tiens  un blog déjà depuis quelques années.

L'écriture représente   un  sas de décompression..

Un outil pour mieux vivre...

Un moment suspendu!

Mes écrits m'ont  prouvé à quel point l’écriture peut devenir libératrice.

 Même si pour moi l’écriture est devenue une passion.

Elle nourrit,  fait vivre.

L’écriture apporte beaucoup de plaisir mais aussi de la distance sur le reste de la vie.

La dureté du monde , les relations ,  la vie en général

Tout peut être décrit...

En tout cas ,

Moi, je peux tout mettre en mots et ainsi prendre du recul.

On se sent moins seule quelque instant ,on se retrouve avec son âme ,avec son coeur

 Écrire peut parfois aussi être douloureux

Car , en me relisant

Souvent  j’ai les larmes aux yeux.

Cela peut  changer aussi votre  comportement.

 Car moi ,je suis  aujourd'hui moins vulnérable,

J'ai davantage confiance en moi.

Ecrire...c'est 

Comme un jet d’eau en continu, qu’il faut expulser parfois  en urgence, au risque de se noyer.

En tout cas, elle aide à nager et à survivre dans « la dureté du monde "

 C’est le procédé du bon vieux journal intime d’autrefois qui fait tampon avec la vie de tous les jours, les tracas, les questionnements, les asphyxies.

Mon blog  non mes deux blogs me permettent  le transfert intégral de mes écrits pour peut-être les partager avec des inconnus en « empathie avec mes problèmes ».

Ma confiance s'est  s’amplifiée, s'est renforcée au fil du temps ,au fil des pages . 

La passion a joué son rôle.

Je  peux désormais m’apaiser dans ma relation à l’écriture, passer de la jouissance à la joie, goûter sobrement à l’amour tranquille, puissant, inépuisable de la beauté des mots…

Celui-là même qui me met  les larmes aux yeux

 La douceur d’une fierté qui se suffit à elle-même.

J’ai découvert que mes textes, qui décrivaient mes états d’âme touchaient les gens.

J‘écrivais depuis longtemps mais je n’avais jamais pensé que cela pouvait intéresser des lecteurs. 

L’écriture est une proposition.

Si les gens veulent me lire, ils peuvent simplement  le faire au détour de leurs recherches.....

Sans vouloir   en aucun cas imposer la douleur

 L’écriture est la médecine de l'âme.

C’est une potion magique !

Mais , oui l’encre noire soulage...

Mais,

Inexorablement le  plus souvent 

La tristesse ,hélas, est un puits sans fond,

Un encrier où la plume vient constamment se ravitailler pour gratter les blessures.

Pourtant,

Il y aurait une autre façon de recycler l’énergie prisonnière des pensées  

Changer de porte-plume, sortir du noir, retrouver les couleurs

Découvrir l’écriture de l’âme… au pinceau !

Il suffirait juste d’un petit exercice de temps en temps,

Avec l’autre main, celle qui n’écrit pas.

Car oui celle-là est toute neuve, intacte, libre…

Mais ,moi je ne sais pas peindre !

Je pourrais cependant

Simplement.....

Me laisser apprivoiser par cet élan,

Cette joie de vivre naturelle, innée.

Je les choisirais  pour mieux

Les dessiner, les peindre, les soigner dans mon cœur profond. 

Cet art soufflerait alors d'autres  mots....

Alors?

Essayez.....

Ecrivez 

Peignez

 Tout simplement!!

 

Publié dans MOi ,c'est .......